Vous n’avez pas vu Violette ?

Elles s’appellent Claire, Fanny, Sophie, Marion ou Violette. Elles sont très différentes mais ont quelque chose en commun : un absolu besoin de liberté. Elles sont les héroïnes de ces nouvelles qui parlent de la vie de couple, de ses difficultés, du désamour, du divorce ou de la rupture, mais aussi de moments lumineux d’amour vrai, comme volés au quotidien. Chacune d’elles est au bord d’un choix, d’une décision à prendre, peut-être pas tout de suite mais dans un futur assez proche pour qu’elle puisse l’entrevoir et aller résolument vers lui.

C’est bien des histoires de libérations que nous conte Marie Sizun, et même si celle-ci avait peu abordé jusqu’à présent les thèmes du couple, du mariage ou de la relation amoureuse, elle excelle dans ces portraits de femmes en recherche d’elles-mêmes et qui trouveront toutes, au prix de douloureux bouleversements intimes, la voie qu’elles ont décidé de suivre.
Après neuf romans ou récits, Marie Sizun, pour la première fois et avec une grâce toute particulière, s’essaie au genre de la nouvelle.